Մեղեդիներ, Ժամամուտներ եւ Ճաշու շարականներ հայոց աստուածային ծիսակատարութեան մէջ

Ամփոփում  

LES MELODIES, LES INTROÏTS ET LES TROPAIRES DE LA SYNAXE DE LA DIVINE LITURGIE ARMENIENNE.

III PARTIE – LES TROPAIRES

 

GIUSEPPE MUNARINI

 

Ici on fait une présentation des Tropaires ou Ճաշու շարականք, (Čašu Šarakan k‘) qu’on chante dans la Liturgie, avant de chanter l’hymne Trisaghion.

Il s’agit de la première traduction complète dans une langue de circulation de ce trésor qui nous fait entrer dans l’atmosphère du mystère qu’on célèbre.

Les tropaires ou Ճաշու շարականք, (Čašu Šarakank‘) se trouvent dans le Կարգ Դպրութեան, (Odre du lecteur), mais aussi dans le Շարականոց, l’Hymnaire de l’Église arménienne, comme partie du Canon.

On peut observer que le trois premiers tropaires qu’on trouve dans la série du livre Կարգ Դպրութեան, (Odre du lecteur) sont dédiés à la Mère du Seigneur, Marie, proclamée dans le Concile Œcuménique de Éphèse, Mère de Dieu. Comme la Liturgie Eucharistique s’ouvre par une invocation à la Vier­ge qui a enfanté le Christ et se conclue par une invocation à la Sainte Croix, bois salutaire pour nous le chrétiens, aussi la série du tropaires dans le Կարգ Դպրութեան, s’ouvre par les tropaires de la Vierge Marie et termine par ceux de la Croix.

Après avoir fait des considérations sur les autres tropaires, en pré­sen­tant aussi des exemples, on passe à la traduction italienne des tropaires qui sont 96.

Les auteurs sont d’importants saints ou écrivains de l’Église arménienne à savoir Saint Movēs Xorenac’i, Saint Nersēs Shnorali, Saint Nersēs de Lamb­ron, Hovhan Mantakuni capables de nous faire vivre le Mystère de la Salut et des nous enrichir par d’images merveilleuse ou des méthaphores, en nous fai­sant goûter, au moins partiéllement les trésors de la Liturgie ar­ménienne.

12.00€
Հատոր  
Էջեր  
84
Լեզու